Découverte

Le Parc des Appalaches: une découverte formidable

L'hiver ne s'achève pas ce qui implique, avec notre plus grand bonheur, qu'il est encore possible de profiter des joies de cette saison. Faire de la raquette, profiter d'un refuge une fin de semaine entre amis, admirer les paysages magnifiques hivernaux sont encore choses possibles et plusieurs endroits ici, au Québec, nous offrent ces attraits. Un de ceux-ci, plutôt méconnu, est le parc régional des Appalaches.

Ayant eu la chance de le visiter, j’ai concocté une liste non-exhaustive (car j’imagine qu’il y en a plus) des raisons d’aller faire du plein air dans ce beau coin de province.

Refuge Martin-Pêcheur

Proche des lignes américaines, mais pas si loin de chez nous, non plus

Le parc des Appalaches est situé à moins de 2 heures de la Ville de Québec ce qui le rend autant accessible que le Mont du Lac des Cygnes ou encore le Parc national de la Mauricie. Pour ceux qui viennent de Montréal ou de Rimouski, il n’est pas très loin de là non plus. La distance n’est donc pas une raison de passer à côté de cette joie de la nature. De plus, il est à proximité du Massif du Sud pour ceux qui veulent faire une pierre deux coups et visiter les deux parcs en un road trip.

La nature, la vraie

Ce parc est beaucoup moins fréquentés que d’autres endroits de plein air. On y retrouve donc des sentiers peu tapés nous permettant d’y faire de la raquette dans la poudreuse. On ne parle pas ici de hors-piste, bien entendu, mais on a la chance d’y retrouver la nature à son état presque sauvage. Un autre avantage de cet endroit est que les sentiers sont dans les boisés. Au-delà du fait que c’est plus plaisant à la vue, c’est surtout beaucoup moins venteux nous permettant d’apprécier encore plus la randonnée.

Parc-des-Appalaches

Because it’s free

Le parc ne charge aucun droit d’entrée. Je crois que les autres parcs régionaux et nationaux devraient suivre cet exemple pour ainsi rendre le plein air plus accessible à tous, comme c’est le cas pour d’autres pays tels que la Suède ou la Norvège. Payer pour être en nature me semble tout à fait aberrant. Enfin, si vous faites beaucoup de plein air, achetez la passe d’un an de la SEPAQ. On rentre rapidement dans notre argent après quelques randonnées. De plus, on a une entrée gratuite pour partager avec un ami ainsi qu’une nuit de camping gratuite.

Petits refuges trop mignons

Au parc des Appalaches, on y retrouve de nombreux refuges qui nous permettent de s’immerser une nuit en nature pour notamment y admirer les étoiles ou encore y admirer les vues prenantes sur les lacs ou les monts de ce parc. Pour notre part, nous avons dormi dans le refuge nommé Martin-Pêcheur qui, composée de deux étages, est situé directement devant un lac. C’était vraiment une de ces nuits parfaites ! Il est à noter qu’il y a un rabais pour les nuitées du dimanche au jeudi. Le prix passe de 80$ à 50$ pour la location du refuge en entier.

Rois de la montagne

Le parc comporte deux sommets : ceux du Mont Sugar Loaf et de la montagne Grande-Coulée. Nous avons, pour notre part, monter le mont Sugar Loaf. La difficulté de son ascension est assez élevée et est comparable à celle du Mont Mégantic. Donc, c’est tout à fait faisable mais, rendu au haut de la montagne, une bonne collation s’impose. En plus de ce plaisir culinaire, il y a aussi la vue superbe offrant un panorama grandiose a apprécier. Voici une de nos photos :

Vue du sommet du Mont Sugar Loaf

Amène ton meilleur ami 🐶

Les chiens sont acceptés pour ceux qui ont la chance d’en avoir un. Là-bas, nous y avons rencontrés deux filles vraiment sympathiques avec leur chien qui faisait parti à 100% de la famille de backpackers : il avait lui aussi un sac à dos ! Le chien était trop heureux et n’avait même pas l’air de se rendre compte qu’il aidait au transport. Un bonne idée, je trouve !

Notre expérience

Nous avons débuté notre randonnée avec la montée du Mont Sugar Loaf à partir du stationnement de la Chute à Dupuis. Le sentier est assez plat pour commencer, mais ne vous laissez pas berner il devient rapidement plus apique. C’est un beau défi sportif ! Après avoir atteint le Mont Sugar Loaf (3 km), il restait quelques 7 kilomètres pour arriver à notre refuge, le Martin Pêcheur. Pour le chemin du retour, nous avons pris le sentier 14 qui était plutôt vallonné donc, techniquement, plus facile. À vous de choisir quel type de randonnée vous préférez mais, peu importe ce que vous choisirez, il y aura des points de vue de façon régulière ainsi que des abris pour s’arrêter. Il y a aussi d’autres secteurs que nous espérons avoir la chance de visiter sous peu.

Refuge Martin-Pêcheur

Décidément, une expérience formidable. Nous vous invitons fortement à découvrir cette beauté naturelle lors de votre prochain périple! Pour plus d’informations, consultez le site web du Parc des Appalaches ainsi que la carte des sentiers.

À lire aussi sur le blog:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s