Voyage

Vancouver: ville la plus verte au monde?

Nous avions vraiment hâte de visiter la ville de Vancouver étant donné sa réputation de ville écoresponsable. Maintenant que nous y sommes allés, je vous présente nos constats qui expliquent pourquoi cette ville se considère comme la ville la plus verte au monde.

La ville de Vancouver veut vraiment devenir la ville la plus verte du monde avec son projet Greenest City Action Plan. Pour ce faire, elle vise la réalisation des trois objectifs suivants:

  • Zéro émission de carbone
  • Zéro déchet
  • Des écosystèmes en bonne santé

Pour atteindre ceux-ci, elle s’est dotée d’objectifs mesurables à l’horizon 2020 dans les dix catégories suivantes:

10 axes.png

Lors de notre passage dans cette ville, nous avons eu la chance d’être guidés par Noémie, notre amie du Québec qui vit maintenant à Vancouver. Grâce à elle, nous avons eu un paquet d’informations pertinentes qui nous ont permis de mieux connaitre la ville et, surtout, de mieux saisir son virage vert. Dans cet article, je vous présente 10 éléments écolos de cette ville que nous avons découverts lors de notre périple.

1. Paiement facilité dans les transports en commun 💳

Lors de notre arrivée à Vancouver, nous avons été surpris de voir que nous pouvions payer nos trajets par carte de crédit sans contact à l’entrée du métro et même directement dans les autobus. En fait, la carte de crédit peut être utilisée comme le serait une carte d’autobus OPUS. À la fin de votre trajet, un montant est débité de celle-ci selon les correspondances que vous avez prises.

money-256314_1920.jpg

Nous avons grandement apprécié cette option de paiement et croyons qu’elle vient faciliter l’accès au transport en commun pour les usagers moins réguliers comme les touristes, qui pourraient être découragés de prendre le transport en commun s’ils doivent aller s’acheter des billets de bus au dépanneur.

2. Le Skytrain et son agrandissement 🚊

Qu’est-ce que le Skytrain? Il s’agit d’un métro principalement aérien. Contrairement au métro traditionnel, qui circule dans le sous-terrain, et au tramway, qui circule à la même hauteur que les automobiles, le Skytrain circule sur des voies dédiées surélevées. Celui de Vancouver possède trois lignes.

vancouver-skytrain-533827_1920.jpg

Étant la ville la plus densifiée du Canada, Vancouver fait face à diverses problématiques telles que la congestion automobile et le manque de stationnement. Face à celles-ci, elle a décidé de se tourner vers l’efficacité de ses transports en commun. Elle veut notamment améliorer le service de son fameux Skytrain avec un projet sur 10 ans qui se veut d’améliorer la fréquence du service, d’ajouter des wagons et d’allonger certaines lignes.

3. Les trolleybus à l’électricité 🚎

Pour compléter son réseau de transport, la ville de Vancouver compte également sur 13 lignes de trolleybus, soit des autobus à haute fréquence alimentés à l’électricité à partir d’une ligne aérienne connectée à l’autobus.

1920px-Vancouver_trolley_bus_-_New_Flyer_E60LFR.jpg
Crédit photo: Steve Morgan

En plus de décongestionner les routes, les trolleybus de Vancouver sont très écologiques étant alimentés directement à l’électricité sans avoir recours à des piles. D’ailleurs, 85% de l’électricité de la Colombie-Britannique vient de sources renouvelables: l’hydroélectricité, l’énergie éolienne et la combustion de biocarburants.

4. Pistes cyclables sécuritaires 🚲

Le vélo est un moyen de transport vert et la présence de pistes cyclables ne fait qu’encourager ce type de déplacement. La ville de Vancouver possède 310 km de pistes  cyclables (versus 846 km à Montréal) et ne compte pas augmenter ce nombre. Décision à contresens? Non, car, au lieu de miser sur la quantité, Vancouver veut opter pour la qualité et transformer ses pistes cyclables pour en améliorer la sécurité en les rendant «protégées», c’est-à-dire séparées des voitures par un terre-plein.

Nous avons eu la chance d’essayer celle sur la rue Hornby et nous pouvons confirmer qu’elle donne un sentiment de sécurité instantanée. Nous n’avions aucune crainte de nous faire frapper par une voiture, de nous faire happer par une portière d’un véhicule garé ou de faire une collision avec un piéton.

horby-street

Ainsi, avec son réseau de Skytrain, ses trolleybus, ses pistes cyclables sécuritaires et, depuis 2016, ses vélos en libre-service, Vancouver offre diverses alternatives à l’auto solo à ses habitants et veut que, pour l’horizon 2020, 50% des déplacements se fassent à pied, à vélo ou en transport en commun et que, pour 2050, cette proportion augmente à 66%.

5. Nature accessible en autobus 🏕

Lors de notre séjour à Vancouver, nous avons été ébahis par l’accessibilité à la nature en transport en commun. Évidemment, nous en avons profité et sommes allés faire une randonnée à Quarry Rock ainsi qu’une au magnifique Lynn Canyon Park.

N’oublions pas de mentionner le magnifique Stanley Park, situé en plein centre-ville de Vancouver. Que ce soit à vélo ou à pied, cet immense espace vert témoigne de l’importance des parcs urbains dans la ville. Pour notre part, une balade à vélo s’imposait!

Velo-1.jpg

6. Groupes de plein air 👬👭

Les groupes de plein air sont communs à Vancouver. Plusieurs les utilisent pour partager les coûts de location d’une automobile ou de l’essence. C’est d’ailleurs une très bonne façon de limiter son utilisation de carburant. Mais, au-delà de l’avantage économique, ces groupes permettent également de rencontrer des gens aimant de la nature et, qui sait, se faire des amis. Ils démontrent l’importance pour les citoyens de la ville d’une communauté vibrante et inclusive.

Lorsque nous étions à Squamish, nous avons invité notre amie à venir gravir le Stawamus Chief avec nous. Au lieu de venir seule à partir de Vancouver, elle y a amené trois autres personnes qui avaient soulevé leur intérêt suite à sa publication sur un groupe Facebook de plein air. Ainsi, notre groupe de trois personnes s’est transformé en groupe de six, à notre grand plaisir.

Il est aussi à noter que l’entrée dans les parcs provinciaux de la Colombie-Britannique est gratuite. Créer une conjoncture parfaite à la pratique du plein air (accessibilité en transport en commun et gratuité) est le meilleur moyen de faire bouger les gens en nature et, ainsi, de développer chez les citoyens de bonnes habitudes de vie.

7. Gestion des déchets et compostage ♻️

Chez notre amie , nous avons pu voir que la ville offre tout le nécessaire pour la revalorisation des déchets. D’ailleurs, les habitants de Vancouver font office d’élèves modèles en matière de tri des ordures. L’instauration de la collecte de matières organiques a été suivie d’un succès rapide avec 75% des déchets organiques envoyés au compostage. Le taux de contamination des produits recyclables y est aussi le plus bas au pays.

La ville vise à aller plus loin soit de devenir une ville sans déchet à partir de 2040 (#zerowaste2040). Pour ce, elle a mis sur pied un plan détaillé pour diminuer et même parfois bannir la présence de déchets à usage unique:

  • Sacs de magasinage en plastique et en papier
  • Verres et contenants pour emporter faits de mousse de polystyrène
  • Verres jetables pour le café ou autre breuvage
  • Contenants pour emporter de la nourriture
  • Couverts jetables

plastic-cups-973103_1920.jpg

8. Boutiques zéro-déchet et seconde main 🛍

Faire son épicerie sans déchet, ce n’est pas toujours facile. Or, à Vancouver, ce n’est pas tout à fait le cas, car de nombreuses épiceries offrent le remplissage en vrac, dont de nombreuses épiceries fines ainsi que plusieurs grosses chaînes telles que Bulk Barn, Real Canadian Superfood (l’équivalent de Maxi au Québec) et Save-on-Foods. Il était donc assez facile de faire son épicerie en vrac à Vancouver et, croyez nous, nous et nos bocaux en avons profité!

mason-jar-750113_1920.jpg

De même, on y retrouve une panoplie de boutiques de seconde main. Acheter usagé est non seulement mieux pour l’environnement, mais est aussi plus économique et crée moins de déchets. Donc, à Vancouver, avec les nombreuses options offertes, il n’a aucune excuse pour passer à côté de ce geste écoresponsable.

9. Jardins communautaires 👩🏻‍🌾👨🏼‍🌾

Nous avons beaucoup marché lors de notre passage Vancouver. Une chose que nous avons remarquée est la présence de nombreux jardins communautaires. Ces espaces verts permettent aux citoyens de profiter des joies de faire pousser leurs propres aliments malgré le fait qu’ils vivent en ville.

ronny-kind-1079608-unsplash.jpg

10. Restaurants véganes et de sources locales 🥕

Que dire des restaurants véganes? Vancouver a été une vraie fiesta culinaire pour nous. Nous y avons mangé notamment des pizzas avec du « fromage » végane, des repas indiens sans viande ni produit laitier, des «oeufs» bénédictine avec du pain germé et plus encore! Bref, nous nous sommes gâtés. Si vous voulez des noms d’endroits à essayer, n’hésitez pas! De plus, de nombreux restaurants à Vancouver affichent fièrement la provenance locale de leurs aliments.

Nous avons grandement apprécié notre séjour à Vancouver, une ville qui possède des valeurs en accord avec les nôtres. Nous ne pouvions pas demander mieux comme retour à la ville après plus de deux mois en van life à vivre sur la route ou en nature. Un gros merci à notre amie Noémie sans qui, notre périple dans cette ville n’aurait jamais été le même!

À lire aussi sur le blog:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s