Alimentation Consommation responsable Transport durable Voyage écoresponsable

Nos résolutions de l’année 2021

Après avoir passé au travers d’une année sans précédent au 21e siècle, nous entamons avec beaucoup d’espoir l’année qui arrive. Pour bien commencer celle-ci et nous donner le sentiment de contrôler quelque chose dans nos vies, nous avons décidé de mettre sur papier une dizaine de résolutions. Ainsi, à défaut de pouvoir contrôler la situation de la COVID-19, nous prenons les rênes de ce qui demeure de notre ressort. 2021, nous voici !

Les résolutions que l’on prend lors de la nouvelle année sont un idéal, ce que nous espérons, avec un peu de discipline, atteindre. En 2020, nous avions fait de même en écrivant un article sur celles-ci. Bien que nous n’ayons pas atteint tous ces objectifs, nous avons eu le plaisir de constater, en faisant notre bilan de l’année 2020, que nous avons pu réaliser un bon nombre d’entre eux. Ainsi, mettre sur papier (ou sur le web) nos résolutions aiderait peut-être à les atteindre. C’est pourquoi nous avons décidé de refaire cet exercice cette année avec 10 nouvelles résolutions qui, peut-être, vous inspireront vous aussi à prendre de bonnes habitudes en ce début d’année. Bonne lecture !

1. (Re)découvrir les joies des friperies 🤝

En 2020, maintes entreprises ont dû temporairement fermer leurs portes pour diminuer les risques de contagion de la COVID-19. Tel a été le sort réservé aux friperies, notre endroit de prédilection pour décrocher des biens peu chers et à faible impact environnemental. Étant donné leur fermeture une bonne partie de l’année 2020, nous avons dû trouver des alternatives, qui ont été à certaines occasions des biens neufs. Même en favorisant l’achat d’objets écoresponsables, nous sommes conscients que ces articles ont un plus grand impact environnemental que les biens de seconde main. Ainsi, en 2021, nous visons à renouer avec les articles d’occasion. Les friperies finiront bien par rouvrir et, en attendant, rappelons-nous qu’il est possible de trouver des perles sur les Kijiji et Facebook Market de ce monde: meubles, jeux de société, décorations, vêtements, etc. En plus d’acheter davantage de seconde main, nous aimerions aussi nous départir de certains biens accumulés depuis notre retour de voyage. Le but étant de se désencombrer, mais aussi de leur donner une deuxième vie. 

2. Lire plus souvent 📚

En 2020, bien que nous ayons désencombré notre vie numérique, nous avons tout de même passé beaucoup de temps sur Internet avec le télétravail, la visioconférence et les films en streaming (pandémie oblige). En 2021, il est irréaliste de penser que nous réduirons notre consommation d’Internet étant donné que nous demeurerons en télétravail une bonne partie de l’année. Nous visons donc simplement à passer plus de temps à lire. Inévitablement, cela fera en sorte que nous serons moins souvent sur les écrans et, donc, moins sur Internet (une pierre deux coups!). Avant la pandémie, j’investissais (Jérémie) tout mon temps de déplacement en autobus pour lire (c.-à-d. 45 minutes matin et soir). Avec le télétravail, j’ai perdu ces petits moments de détente où je pouvais me perdre dans les livres. Pour remédier à la situation, nous avons décidé d’instaurer des soirées « Book Club » consacrées exclusivement à la lecture. Avec les bibliothèques qui demeureront cette fois-ci ouvertes malgré la pandémie, l’année 2021 sera décidément une année de lecture.

3. Investir notre argent de manière durable 💰

L’année dernière, nous avons commencé à prendre conscience du rôle de l’argent (et de l’investissement) dans la crise environnementale, avec des livres comme The Green New Deal de Jeremy Rifkin ou La transition, c’est maintenant de Laure Waridel. Ainsi, il est désormais temps de passer à l’action. D’abord, il faut savoir où notre argent collectif est investi (Caisse de Dépôt et de Placements du Québec, fonds de pension privés, etc.) et faire pression pour que ces fonds sortent des énergies fossiles ou diminuent leur empreinte environnementale (p. ex. en envoyant des courriels ou en faisant part de nos préoccupations). Puis, il faut démystifier les choix de placements « verts » (qui ne le sont peut-être pas toujours), l’investissement à l’impact et les normes ESG (signifiant environnement, social et gouvernance).

Qu’est-ce qui est meilleure ? Un fonds qui investit dans une compagnie pétrolière ou un fonds sans pétrolière, mais qui a une empreinte carbone globale plus élevée ou qui investit en armement ?

Finalement, avec l’argent épargné en 2020 grâce à notre mode de vie minimaliste, nous devons investir ces sommes de manière durable pour le bien-être de la planète et de ses habitants.

4. Découvrir les alcools québécois 🍷

L’année dernière, nous pouvons dire que nous avons réellement découvert les fruits et légumes locaux, été comme hiver, étant abonnés aux paniers hebdomadaires du réseau des fermiers de famille. Maintenant que cette consommation locale est bien acquise, nous avons décidé de passer à une autre étape cette année en nous intéressant aux produits alcoolisés québécois : vins, spiritueux, cidres, bières, etc. Nous nous posons plusieurs questions, notamment :

  • Quels choix québécois pouvons-nous faire lorsque nous allons à la SAQ, à l’épicerie ou au dépanneur ? 🛒
  • Quelle est la différence entre les différentes appellations « Embouteillé au Québec », « Préparé au Québec » et « Origine Québec » ? ⚜️
  • Quel est le meilleur gin québécois parmi tous ceux qui existent sur les tablettes ? ⭐️
  • Est-ce qu’il existe de « bons » vins québécois ? 🍷
  • Est-il possible de produire une bière artisanale 100% québécoise ? 🍻

Nous voulons d’abord et avant tout briser les préjugés et promouvoir le terroir québécois. Pour se faire, il est possible que nous devions « aller sur le terrain », c’est-à-dire enfourcher nos vélos et visiter les artisans québécois à la recherche des meilleurs produits d’ici. Pourquoi acheter d’ailleurs lorsqu’on fabrique ici de merveilleux alcools ? Une question à répondre en 2021, avec comme objectif clé une consommation 100% locale de produits alcoolisés.

5. Faire un potager urbain 🍅

L’influence de notre vie en Nouvelle-Zélande plane toujours. En effet, nos expériences sur plusieurs jardins biologiques là-bas nous conduisent, encore cette année, à vouloir faire pousser nos propres légumes. En 2020, en bons débutants avertis, nous avions visé petit en installant 2 bacs à fleurs sur notre galerie où basilic, radis, laitues, épinards et bok choy ont poussé. Ces maigres récoltes urbaines, combinées aux livraisons hebdomadaires de paniers biologiques, nous ont permis de consommer davantage des produits frais, locaux et de saison tout au long de l’été. Cette année, nous voulons diversifier notre production pour avoir un plus grand spectre de variétés d’aliments : tomates cerises, piments forts, kale, haricots, fines herbes et oignons verts s’ajouteront, notamment, à notre liste de l’année dernière. Par ailleurs, en prévision des années futures, nous nous sommes inscrits aux jardins communautaires qui, victimes de leur popularité, ont de très longues listes d’attente. Les jardins communautaires sont de parfaites options pour les citadins qui permettent d’avoir non seulement un bout de terre, mais également de partager une panoplie d’outils pour jardiner, évitant ainsi de les acheter et de s’encombrer inutilement.

6. Manger plus québécois durant l’hiver ❄️

Comme mentionné, les paniers biologiques ont été une révélation pour nous en 2020, nous ayant permis de voir la richesse et la diversité des aliments québécois. Nous étant inscrits aussi aux paniers hivernaux, nous avons, toutefois, dû faire face à une réalité : il manque quelque peu de variétés d’aliments qui poussent en hiver, bien qu’il reste impressionnant de voir ce qu’il est possible de faire dans un contexte québécois ! Ainsi, en 2021, nous visons à remédier à la situation en profitant de l’abondance des aliments disponibles en été. Nous voulons acheter en grande quantité durant la haute saison et faire des stocks pour l’hiver. Pour ce faire, nous utiliserons diverses méthodes de conservation en passant par la mise en conserve d’aliments bruts (tomates, macédoines, betteraves, haricots et cornichons) ou transformés (sauce spaghetti, sauce piquante, kimchi et sauerkraut), la congélation (fruits des champs, courges, maïs et gourganes) ou le séchage / déshydratation (champignons sauvages, fruits, herbes). Ainsi, nous pourrons profiter d’une grande variété d’aliments tout en nous assurant de manger québécois toute l’année ! 

7. Sortir le « blanc » dans notre assiette 🌾

En nous intéressant davantage aux effets protecteurs de l’alimentation végétale peu transformée et de l’importance d’un microbiome en santé, nous nous sommes aperçus que notre assiette n’était pas toujours remplie de ces bons aliments pour notre corps, particulièrement au niveau des grains entiers. Quand je pense aux nouilles instantanées (selon Andréa, cette dépendance serait génétique), au riz basmati (encore une fois, une question de génétique), au pain blanc ou aux pâtes alimentaires blanches (même bouc émissaire, la génétique commence à avoir le dos large), ces aliments ne sont pas très nourrissants ou riches en fibres, en plus d’être considérés comme des aliments transformés. Ainsi, en 2021, nous désirons introduire davantage de grains entiers dans notre alimentation comme l’orge mondée, le riz brun, le quinoa, les pâtes de blé entier, le pain multigrain fait maison, l’avoine entière, etc. En bref, nous cherchons à suivre les recommandations du Guide alimentaire canadien en matière de grains entiers et donc de sortir le « blanc » de notre assiette.

Fait à noter : Nous sommes déjà très bien alignés avec le Guide alimentaire canadien, que ce soit au niveau de la proportion de fruits et légumes recommandée (merci paniers bios!), ou de celle de protéines végétales que nous consommons sous forme de graines, de noix ou de fabacées (mot trendy pour dire légumineuses). Ce n’est pas pour rien que notre famille nous appelle parfois (à la blague) la « police du guide alimentaire » !

8. Faire encore plus de vélo 🚲

Avec plus de 2000 kilomètres parcourus à vélo l’année dernière pour ma part (Jérémie), il est difficile de m’imaginer comment je pourrais faire davantage de vélo en 2021. Et pourtant ! Quand je pense aux nombreuses occasions manquées de faire du vélo comme le vélo d’hiver, faire les courses à vélo (il faut dire que le Communauto du coin de la rue est parfois très tentant), les entraînements plus sportifs ou les voyages à vélo (comme celui que l’on a fait l’été dernier au Lac-Saint-Jean), il est bien possible que la barre de 2000 kilomètres soit de nouveau franchie cette année. D’ailleurs, je pourrai compter sur trois atouts dans ma manche pour réaliser cet objectif. Premièrement, je retrouve ma meilleure partenaire de vélo Andréa, elle qui a dû sacrifier une partie de la dernière saison à étudier un examen professionnel. Deuxièmement, nous avons tous deux reçu en cadeau de magnifiques sacoches Arkel conçues au Québec, qui nous seront très utiles autant pour voyager que pour faire nos emplettes hebdomadaires. Finalement, le télétravail se poursuivra fort probablement tout l’été, ce qui veut dire que dès la journée terminée, nous serons prêts à embarquer sur nos vélos et pédaler. Où nos vélos nous mèneront-ils en 2021 ? Stay tuned ! 

9. Trouver un meilleur équilibre travail-vie personnelle 💼

2020 a marqué le début du télétravail à temps plein pour plusieurs, amenant son lot d’avantages et d’inconvénients. Un des ceux-ci est le temps libéré par les allers-retours entre le travail et la maison qui ne sont plus à faire. Toutefois, cette économie peut être facilement annulée par la difficulté à faire une coupure entre le travail et le temps pour soi. En effet, en ayant son bureau à disposition à toute heure du jour (ou de la nuit), il est beaucoup plus facile de rester à la tâche plus tard et de la commencer plus tôt que la normale . L’équilibre entre travail et vie personnelle peut, alors, facilement être compromis, situation que j’ai vécu (Andréa) l’année dernière. Je pouvais consacrer presque 80 heures par semaine à mon travail, devant produire des livrables et étudier un examen professionnel en même temps. En 2021, nous tenterons de laisser plus de place à notre vie personnelle et à nos nombreux projets. Nous voulons toujours nous investir dans nos emplois, les appréciant et les trouvant stimulants, mais il ne faut pas oublier de faire de la place à nos activités hors du travail au profit d’une vie équilibrée. En fin de compte, cela sera bénéfique autant pour nos employeurs et pour notre vie personnelle !

10. Prendre l’air plus souvent 🌳

L’année dernière, la pandémie a quelque peu freiné nos ardeurs d’aller en nature. À un certain moment même, aller à l’extérieur était vu comme quelque chose de dangereux. Étant en télétravail à 100% depuis le début de la pandémie, nos déplacements se sont donc parfois limiter à chambre <> cuisine <> bureau. Même si nous avons remplacé nos sorties au grand air par des entraînements à l’intérieur, nous étions loin de nous douter que ceux-ci ne pourraient jamais remplacer le sentiment (et les impacts positifs) d’une bonne sortie à l’extérieur. En 2021, nous voulons donc sortir plus souvent (marche, ski de fond, vélo, course, randonnée), autant dans les grands parcs nationaux (qui heureusement, cette fois-ci, semblent demeurer ouverts) que plus près de la maison comme au Parc Linéaire de la Rivière Saint-Charles, à deux pas de la maison. Il ne faut clairement pas oublier tous les bienfaits d’aller en nature pour la santé mentale et physique. 2021, on se revoit dehors !

En écrivant ces lignes, nous avons déjà entamé plusieurs changements en ligne avec nos résolutions. L’année 2021 s’annonce une année qui nous rapprochera encore plus de notre idéal de ce que devrait être une vie minimaliste à faible impact environnemental. Nous rappelons qu’être indulgent envers soi-même en ces temps si peu communs et lourds d’isolement est nécessaire. Par contre, se fixer des objectifs reste un bon moyen, en ces moments d’incertitude, de continuer à avancer vers une vie plus en accord avec nos valeurs et ne pas trop ruminer face à la situation actuelle. Bonne année à tous !

– Jérémie & Andréa, Les Mins 👫

À lire aussi sur le blog :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :